vendredi 29 novembre 2013

Les marchés régionaux américains

Le Mercosur (Marché commun du Cône Sud) a été fondé par le traité d'Asunción (26 mars) 1991. Il faut attendre 1994 pour qu'il se dote des institutions nécessaires. Un tarif extérieur commun, est entré en vigueur le 1er janvier 1995 et la mise en œuvre intégrale de l'union douanière par tous les membres dans tous les secteurs doit se faire progressivement. Le Mercosur comporte quatre pays membres, l'Argentine, le Brésil, le Paraguay (actuellement suspendu) et l'Uruguay. Depuis 1996, le Chili et la Bolivie sont des membres associés du Mercosur ainsi que, depuis 2004, l'Équateur, la Colombie et le Pérou. Le Venezuela a obtenu, depuis 2006, d'être membre à part entière. La Bolivie a signé en décembre 2012 et attend son entrée définitive. Le Mercosur représente plus de 80 % du PIB de l'Amérique du Sud.  Site en lien.
La Communauté andine des nations (CAN), alias Groupe andin ou Marché commun andin (Pacte andin). C'est une organisation pour un processus l'intégration régionale. La CAN  adopte de nouvelles institutions le 1er juillet 1997, afin de répondre à des enjeux de développement durable et d'intégration de frontières en élargissant à des objectifs politiques et sociaux. Ses cinq membres : Bolivie, Colombie, Équateur, Pérou et Venezuela (en sort en 2006 pour rejoindre le Mercosur) représentaient en 2000, près de 115 millions d'habitants, 22% de l'Amérique latine, et environ 14% de son PIB. Aujourd'hui, la CAN se tourne vers la mondialisation par de nouveaux partenariats. Le Chili est membre associé. Article Wikipedia.
La Communauté des Caraïbes (Caricom) née du traité de Chaguaramas en 1973, est devenu en 2001 une union économique, le Marché économique unique des Caraïbes (CSME) qui envisage la libre circulation des biens, des services, des capitaux et de la main-d'œuvre, la coordination de la politique macroéconomique et l'harmonisation des lois et institutions. Le Caricom se compose de 15 membres : Antigua-et-Barbuda, Bahamas, Barbade, Belize, Dominique, Grenade, Guyana, Jamaïque, Montserrat, Saint-Kitts-et-Nevis, Saint-Vincent-et-les-Grenadines, Sainte-Lucie, Suriname, Trinité-et-Tobago et Haïti. Site officiel en lien.
L'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) est un accord intégral de libre­échange entre le Canada, le Mexique et les États-Unis, amorcé le 1er janvier 1994 dans l'objectif d'éliminer les obstacles au commerce, de faciliter les mouvements transfrontaliers des biens et services. site en lien
Le Marché commun centre-américain (MCCA) créé le 13 décembre 1960 lorsque le Guatemala, l'El Salvador, le Honduras, et le Nicaragua ont signé le Traité général d'intégration de l'Amérique centrale. Le Costa Rica y a adhéré le 23 juillet 1962. En octobre 1993, les cinq pays du MCCA ont signé le Protocole de Guatemala visant à établir une union douanière et à une meilleure intégration économique.
source Géoconfluences

Repousser les limites au Brésil

L'article fournit des exemples d'ouvrages d'art brésiliens des fronts pionniers destinés à la fois pour maîtriser le territoire en s'imposant jusque dans les espaces les plus reculés comme aux populations indigènes, matérialiser les rapprochements avec l'Union européenne et le Paraguay, pour exposer ses capacités technologiques.

Le pont sur l'Oyapock (à la frontière Guyane française / Brésil- Amazonie)

La Guyane et le Brésil partagent 730 km fluvio-forestier de frontières. En 1997, les présidents français et brésilien décident de collaborer de concert à la construction d'un pont de 30 millions d'euros. Pourquoi ? Cette réalisation qui devrait être inaugurée dans un peu moins d'un an et demi (lorsque le Brésil aura achevé les travaux d'accès en particulier) répond davantage à sceller, à lier le Mercosur et l'Union européenne. Cette interconnexion régionale n'ouvre sur aucun projet à grande échelle.
Clichés : S. Letniowska-Swiat, octobre 2011, lien Géoconfluences

Le barrage de Belo Monte (Amazonie)

Depuis les années 70, le Brésil envisage de réaliser un barrage géant (pour 6 usines) au coeur de l'Amazonie sur le fleuve Xingu. La médiatisation de ce projet conduit à une campagne internationale visant à l'abandon de sa construction. Le chanteur Sting, des Indiens ou le réalisation James Cameron obtiennent le recule des autorités brésiliennes qui annoncent la réduction du projet à une seule usine. Pour 10 milliards d'euros, l'ouvrage sera le troisième barrage du monde (après celui des Trois-Gorges et d'Itaipu). Il devrait assurer 11 % de la production électrique à son achèvement. La première mise en oeuvre prévue envisage une turbine pour 2015. Près de 20 000 personnes devraient être déplacées. Les Indiens poursuivent leur mobilisation dans le cadre des ONG et des OIG. Le grand chef Cacique Raoni incarne   cette lutte. Vous trouverez son site en lien. L'intérêt pour le Brésil est double : maîtriser son espace pionnier en y attirant des entreprises technologiques, développer sa production hydroélectrique. 

Le barrage d'Itaipu, frontière avec le Paraguay

Il demeure la première centrale électrique du monde en terme de quantité d'électricité produite : 94,68 TWh (alors que le barrage des Trois-Gorges n'atteint que 80 TWh) et le site le plus visité au Brésil. Décidé dans les années 60, achevé en 1991, il reste régulièrement amélioré comme en 2006. Il répond à presque 96 % de la consommation du Paraguay et 19 % de celle des Brésiliens.
Barrage d'Itaipu, source en lien

Le Brésil s'enorgueillit d'en faire un barrage développement durable"une usine propre pour faire de l'électricité" (dixit un employé du site). Les populations indiennes et de conditions modestes y ont été embauchées. 

mardi 19 novembre 2013

Collectivités territoriales, territoires de vie, territoires d'emplois

A l'initiative d'Emmanuel, élève de Première, voici des liens vers des vidéos de courte durée (au maximum 3 minutes et quelques secondes) pour comprendre les fonctionnements des collectivités territoriales en France. Les liens conduisent également à des articles publiés sur des sites officiels (région, Union européenne) pour revoir connaissances et notions abordées en cours.

Les départements 

Les élus des départements sont les conseillers généraux en charge des projets d'aménagement, des mise en oeuvre des politiques locales.
"3 minutes pour comprendre le département" présente à la fois le cadre général du fonctionnement des collectivités puis présente le rôle du département dans des actions, ici celui de la Seine et Loire.

Les régions

La région étudiée par les Franciliens de Première est l'Ile-de-France. Les chiffres cités, dans cette vidéo du conseil régional, traduisent la puissance de cette région capitale. La carte interactive en lien sur le site de la région Ile-de-France offre la vision probable de ses évolutions en matière d'aménagement en projection pour 2030. L'article associé de l'histoire de l'aménagement de l'Ile-de-France retrace les grandes étapes des projets, de leur achèvement depuis 1932 à 2030. L'un des axes de priorité de la région reste celui de l'aménagement des transports en commun. La Région s'associe à l'Etat dans des contrats de plan pour mener au mieux de vastes transformations nécessaires pour s'adapter à la forte métropolisation. En juillet 2013, l'Etat et la Région se sont engagés ensemble dans un protocole résumé ici en lien. Transport, emploi et formation et lycée dévorent 64 % du budget de la Région (2012).
L'Union européenne favorise également le développement régional en accordant des fonds (FEDER) aux NUTS 2 (territoires correspondant à nos régions française).

jeudi 7 novembre 2013

20 novembre Journée internationale des droits de l'enfant

     Dans le cadre de la journée des droits de l'enfant, quelques rappels historiques s'imposent.
En 1954, l'Assemblée générale des Nations unies (ONU) avait recommandé l'institution d'une journée pour promouvoir le bien-être des enfants et c'est le 20 novembre 1989 qu'a été adoptée par l'ONU la convention internationale relative aux droits de l'enfant (CIDE). Sont reconnus pour les moins de 18 ans des droits fondamentaux en raison d'un besoin de protection et d'assistance spéciale que les États signataires ont l'obligation de mettre en œuvre.
    Entré en vigueur en France en 1990, le texte met l'accent sur la notion centrale de l'intérêt supérieur de l'enfant. Le défenseur des droits, autorité constitutionnelle indépendante, est chargé de remettre chaque année au Président de la République et aux présidents de l'Assemblée nationale et du Sénat un rapport sur la situation des enfants en France. (extraits choisis du B.O du 6 novembre 2013).
   Nous avons rappelé lors des dernières élections du CVL qu'il était possible de porter ces droits en tant que "jeune ambassadeur"de l'UNICEF. 
UNICEF et Jeunes ambassadeurs

lundi 21 octobre 2013

Productions graphiques au BAC ES / L

L'aménagement des programmes des séries Terminales L et ES a conduit à modifier la liste des croquis et schémas obligatoires aux épreuves écrites.
Les schémas ne seront produits que dans les compositions.
La liste ci-dessous est extraite de la page du site officiel éduscol en lien.

Liste des croquis de géographie pouvant donner lieu à sujets d’examen dans la partie 2 :
  • Pôles et flux de la mondialisation.
  • Une inégale intégration des territoires dans la mondialisation.
  • Les espaces maritimes : approche géostratégique.
  • Les dynamiques territoriales des  Etats-Unis.
  • Les dynamiques territoriales du Brésil.
  • Le continent africain : contrastes de développement et inégale intégration dans la mondialisation.
  • Mumbai : inégalités et dynamiques territoriales.

vendredi 4 octobre 2013

Choix des projections cartographiques

Représenter la terre sous forme cartographique, ...  impossible ?
Les projections se multiplient et nécessitent d'être reconnues, nommées, présentées dans leurs atouts et limites.
Un site récapitule les principales projetions cartographiques.
Aucune de ces représentations n'est juste mais leur choix traduisent l'angle abordé par l'auteur de la carte thématique.
Point sur la projection azimutale : l'ellipsoïde est projetée sur un plan tangent en un point ou sécant en un cercle.
 
copie écran d'une projection azimutale
Pour approfondir l'étude et les usages cartographiques : le serveur Educatif à l'information géographique.

lundi 30 septembre 2013

Présence française dans le monde en cartes

Les territoires ultramarins français, des statuts variés :
Capture d'écran du site 
La Francophonie sur le site de la cartothèque de SciencesPo
La Francophonie en 2013
Les Français dans le monde, toujours sur le site de cartographie de Sciences Po :

Les opérations militaires extérieure de la France dans le monde en 2013, atelier de cartographie de Sciences Po :

Un exercice en lien pour vous exercer à la localisation des DROM, COM et TAAF.

samedi 21 septembre 2013

Quand Chaplin critique Taylorisme et Fordisme

Les Temps modernes de C. Chaplin datent de 1936. Ce film culte, incontournable, dénonce les conditions de travail des ouvriers dans les entreprises qui usent de la rationalisation du travail, du travail à la chaine afin de pousser à la productivité. Le générique du film l'annonce :
"Ceci est l'histoire de l'industrie, de l'entreprise individuelle, de l'humanité à la conquête du bonheur."
video
Dans l'extrait joint à ce post, C. Chaplin s'exprime sans voile, ni nuance. 
Pour lui, les machines menacent la liberté de l'homme. Elles lui dévorent sa liberté, le réduisant à un simple élément du système industriel et productif. Les gestes sont mécaniques dans ce monde de fer, froid et inhospitalier, ne laissant aucune place à l'inattendu.
Les films sonores existent depuis 1927 aux Etats-Unis, mais Chaplin choisit d'en limiter le champ, mettant en scène cette innovation technique. Ainsi, ce film muet, pour les ouvriers, n'en demeure pas moins sonore pour les machines que la musique, rythmée et répétitive rend audible. Le patron, seul personnage qui se fait entendre, donne ses ordres, contrôle en toute puissance machines et ouvriers, à distance. Il vit dans un autre monde, celui des bureaux confortables loin des ateliers où règnent bruit et cadences effrénées.
L'expressionniste allemand, Fritz Lang avait déjà abordé le thème des dangers d'un monde trop mécanisé et industriel dans Métropolis en 1926. L'exposition à la Cinémathèque en 2011-2012 reste consultable en ligne : le robot de Métropolis, le cinéma expressionniste allemand.

Analyse de Pascal Boniface sur l'accord de Genève (septembre 2013)

Les faits : Samedi 14 septembre 2013, les Etats-Unis et la Russie ont signé un accord bilatéral ouvrant sur un plan d'évacuation des armes chimiques en Syrie. Dans la foulée, la Syrie a déposé une demande d'adhésion à la Convention d'interdiction  des armes chimiques à l'ONU (réponse de l'ONU sur cette demande dans 30 jours) et devrait fournir un inventaire précis de ce qu'elle détient encore (délais d'une semaine). L'ONU salue favorablement la résolution de cet accord permettant d'éviter une intervention armée.
Pascal Boniface, géopolitologue, fondateur de l'IRIS (Institut de Relations Internationales et Stratégiques) analyse sur son blog cet accord.
La guerre civile ne prendra pas fin. La Russie sort gagnante aux yeux de son allié la Syrie, fort d'une diplomatie efficace et les Etats-Unis évitent l'enlisement dans un nouveau conflit. Si la Syrie conduit ses récentes promesses au bout du processus, ce sera le retour aux négociations de désarmement comme solution dans de futurs risques de conflits. La France se retrouve provisoirement isolée dans ses positions politiques à l'égard de cette guerre, mais l'ONU en rendant sa décision sur une possible adhésion de la Syrie à la Convention d'interdiction des armes chimiques, replace les négociations dans le cadre du multilatéralisme.

jeudi 19 septembre 2013

Engagements de la France dans le monde : exemple d'ONG

La France se démarque particulièrement dans le domaine de l'aide humanitaire par des ONG très actives, servant de référence.
Handicap international agit depuis 1982 par des projets et réalisations dans près de 61 pays pour combattre l'usage et les conséquences de bombes et mines contre les populations civiles, aider à la mise en place des moyens nécessaires pour soutenir les civils atteints de handicap lors de catastrophes ou de conflits armés. Sa dernière campagne sous forme de clip vidéo en témoigne.
video
Afin d'être efficace, handicap international a tissé un réseau de partenaires à la fois publique et privé.
La Cimade, moins médiatique mais très active et reconnue, agit depuis les années trente en France pour accueillir et accompagner les migrants, défendre et témoigner. Comme elle le rappelle son site :  « La Cimade a pour but de manifester une solidarité active avec ceux qui souffrent, qui sont opprimés et exploités et d’assurer leur défense, quelles que soient leur nationalité, leur position politique ou religieuse. » (Article 1 des statuts).

jeudi 12 septembre 2013

Les mémoires de la guerre d'Algérie : choix de conférences en ligne

L'université de tous les savoirs permet de revoir des conférences de spécialistes sur des questions diverses dont la guerre d'Algérie.

  • Raphaëlle Branche a publié sa thèse aux débuts des années 2000 sur un sujet sensible, la République et l'usage de la torture par l'armée pendant la guerre. Son travail d'historien souligne les difficultés de l'historien du temps présent. Comment les hommes politiques étaient informés de la torture et que savaient-ils ? La vidéo de la conférence  : "L'armée, la torture et la République".
  • Mohamed Harbi, membre du FLN, conseiller de A. Ben Bella, fut écarté par H. Boumédiène lors de son accession au pouvoir par la force. En France depuis 1973, il est enseignant en sociologie et a rédigé des ouvrages de références sur le rôle de la guerre dans la mémoire nationale des Algériens. Il dresse un bilan dans la vidéo en lien.
  • Henri Rousso analyse les mécanismes de la construction des mémoires et de la mémoire nationale de la Seconde Guerre mondiale ouvrant une lecture des mémoires plus large. La vidéo proposée offre une lecture comparée de la construction des mémoires de ces deux guerres.
  • La page Vie d'exil du site de la CNHI constitue une mine de conférences en ligne récentes (2012-2013) que vous pouvez podcaster. Vous écouterez avec intérêt l'historien Benjamin Stora (dont le travail sur le thème des mémoires de la guerre d'Algérie est la référence) proposant une synthèse fort utile sur  l'histoire des "mémoires algériennes" ou Jim House sur le "17 octobre 1961".

mercredi 4 septembre 2013

Le Parc Monceau du XVIIIe s à nos jours

Proche du lycée (site de la rue de Naples), le Parc Monceau offre un cadre remarquable de verdure dans un quartier résidentiel né à la fin du XVIIIe siècle.
Capture écran du quartier du lycée Racine (Google Earth et Map)
Quelques éléments hétéroclites (une pyramide, une naumachie ou un arc de l'hôtel de ville) rappellent une histoire écrite en palimpseste pour un parc prisé des Parisiens aujourd'hui.
Louis Carmonteille présentant les clés de la folie au duc de Chartes 1790,  huile sur toile, Musée Carnavalet, Paris.
Cette courte vidéo (INA) en retrace les grandes étapes.
Lien vers la page du blog personnel d'un écrivain, spécialiste de l'histoire de Paris et du parc.
Ce post est l'entrée d'un travail d'EDE (Enseignement D'Exploration) d'élèves de seconde du lycée dont le thème est centré autour de "la découverte de quartiers voisins du lycée au prisme des arts et de l'histoire". (à suivre)

lundi 24 juin 2013

Musiciens dans la Grande Guerre

Les élèves de Première ont étudié cette année plusieurs parcours de musiciens dans la Première Guerre mondiale. Le site officiel 14-18, Mission centenaire propose quelques vies de musiciens.
Nous avons découvert Maurice Maréchal, violoncelliste engagé dès les premiers jours et abordé par la lecture d'extraits de ses carnets et lettres. La bande annonce du film Le violoncelle des tranchées  permet d'entendre la reconstitution de son instrument encore conservé à la Cité de la Musique et dont Maurice Maréchal jouait au front.
La guerre a laissé des musiciens à tout jamais marqués, mutilés par la violence des combats. A la demande du richissime et talentueux industriel allemand Paul Wittgenstein, M. Ravel compose le Concerto pour la main gauche.

mercredi 5 juin 2013

Géant des mers dans la mondialisation

Le Jules Verne vient d'être tout juste d'être inauguré à Marseille le 4 juin 2013, devenant le plus gros bâtiment marchand.
Photo extraite d'un article ici en lien

Il appartient à la compagnie CMA CGM dont la société (française) siège à Marseille et son faire-part fournit quelques détails supplémentaires à ce post. Le "petit dernier", issu des chantiers navals Daewoo de Corée du Sud, embarque près de 16 000 conteneurs (soit mis bout à bout presque 100 km de long), mesure 396 mètres de long et 54 de large. Son pont principal surplombe de 20 mètres les flots. Il navigue à près de 45 km/h propulsé par une hélice aussi puissante que 1 100 voitures ou 10 avions A380. Dans quelques mois, Maersk (compagnie danoise) lancera un autre navire pouvant embarquer près de 18 000 conteneurs, dépassant le Jules Verne. Le montage vidéo suivant en lien vous permettra de suivre en 76 secondes les principales étapes de la construction de ce prochain géant des mers.
L'extrait vidéo suivant vous permettra de suivre l'arrivée du Jules Verne à proximité de l'Europe lors de son premier trajet.
Le gigantisme participe de la mondialisation et s'explique en grande partie en raison de l'augmentation des coûts de l'énergie.
Les trajets de ces porte-conteneurs entre la Northern Range et les ports de Chine peuvent être suivis sur le site en lien ici. Vous pouvez choisir un port ou bien un navire et surtout y lire les flux maritimes dans le monde, les moyens et infrastructures nécessaires pour y faire face.
Capture d'écran prise sur le site précisant la route du Jules Verne le 5/06 à 23h45

Les opposants s'organisent pour dénoncer les risques de ces navires qui ne sont pas aisés à manœuvrer et nécessitent des adaptations des anciens ports et des routes comme actuellement les élargissement en cours sur le Canal de Panama.

mardi 23 avril 2013

Sujets Histoire-Géographie du Bac 2013 dans les centres hors métropole

Comme chaque année, je vous propose de retrouver dans un article les liens conduisant aux sujets du Baccalauréat des centres hors métropole.
Ces sujets doivent vous permettre d'enrichir votre préparation aux épreuves écrites du 18 juin 2013.

Site du Lycée français de Pondichéry (tous les sujets toutes matières)
Centre de Pondichéry Histoire-Géographie séries TL/ES.      
                                  Histoire- Géographie Série TSTG.
Centre de Pondichéry Histoire-Géographie épreuve anticipée de Première S.
Centre de Washington pour toutes les épreuves et tous les niveaux.
Centre du Liban toutes épreuves et tous niveaux.
Centre de la Polynésie, toutes les épreuves.
Centre du Maroc, toutes les épreuves.
Centre Europe, sujets de Londres en lien (au bas de la page du post)

jeudi 18 avril 2013

Shanghai des années 30 dans Le Lotus Bleu

Article en lien avec le programme de TL/ES Les chemins de la puissance
Georges Remi, alias Hergé (RG), relate les tribulations de Tintin dès 1928, lorsque le directeur du quotidien belge Le XXe Siècle décide de créer un hebdomadaire destiné à un large public, Le Petit Vingtième. Tintin au pays des Soviets parait ainsi sous forme d'épisodes. Les aventures débutent, traduites aujourd'hui dans toutes les langues, référence classique de la Bande Dessinée. Selon André Malraux, De Gaulle aurait même déclaré : "Mon seul rival international, c'est Tintin !"
page 43
    Le Lotus bleu, cinquième album, publié entre 1934 et 1935 en noir et blanc puis en couleur en 1946, occupe une place toute particulière dans l’œuvre d’Hergé, premier chef-d’œuvre et surtout album engagé, à contre-courant des articles publiés par les médias européens de cette époque. La Chine reste méconnue du grand public occidental en ce début des années 30.  Les Européens cherchent à maintenir leurs positions dans les concessions, conservées y compris depuis la déclaration de la République en 1912 et  contestées par les mouvements du 9 mai 1919. La jeune République de Chine ne parvient pas à s’imposer dans un contexte confus de guerre civile entre partisans nationalistes (depuis Nankin) et communistes (depuis Shanghai). Les prétentions japonaises sur la Chine ajoutent à cette confusion politique.
Hergé n'hésite pas a dénoncer les abus et préjugés des Européens dans cet album (extrait page 43).
Le Lotus bleu se déroule à Shanghai en 1931 lorsque les Japonais s'imposent de force en Mandchourie (l’épisode de l’explosion raconté pages 20 à 23 de l’album leur sert de motif à l’occupation militaire jugée alors protectrice pour les intérêts Européens). Hergé transpose l'incident de Mukden à Shanghai.
page 22

L'auteur a découvert la culture chinoise, ses revendications auprès de Zhang, étudiant en arts. Hergé et "Tchang"(dans l'album et dans Tintin au Tibet) rédigent Le Lotus bleu à quatre mains. Le jeune étudiant chinois réalise les calligraphies ponctuées de slogans nationalistes (l'hymne nationaliste aujourd'hui de Taiwan repris aux pages 6 et 7 ou des extraits de poèmes lors de l'altercation avec un Européen ou dans les panneaux affichés page 26 et aux côtés de la publicité barrée de la page 32), et  guide l’esprit de l’album dénonçant les excès de la présence des Européens, des Japonais à Shanghai. Les deux hommes choisissent une fin plus heureuse puisque les Japonais quittent la ville. 
En 1936, Zhang repart en Chine pour y ouvrir un atelier. Traversant la guerre puis l’avènement de la République populaire de Chine en 1949, la Révolution culturelle (devenant balayeur) dans les années 60, il lui faudra attendre les années 79 pour retrouver son statut d’artiste à Shanghai. Il réalisa des œuvres de propagande communiste. Dans les années 80, invité en France, il renouera brièvement avec Hergé, et s'installe en France où il y est enterré (INA archives). 



lundi 11 mars 2013

Comics et chemins de la puissance américaine

Planche de timbres publiés en 2006


Les Comics apparaissent dans les années 30 (juste après le krach de Wall Street) et se diffusent en feuilletons dans les publications mensuelles bon marché destinées aux adolescents et adultes. Les histoires vécues par ces héros se déroulent dans un monde proche de celui des lecteurs : mégalopoles, mondes industriel et scientifique où le capitalisme triomphant conduit les individus à toutes les extrémités. Les super-héros combattent le mal rétablisant l’ordre, la liberté par la force.
L’identité des Super-héros
Captain America se drape des couleurs américaines comme Wonder Woman (le rouge, le bleu, le jaune étaient les plus simples à publier jusque dans les années 60). Les identités de ces surhommes évoluent parallèlement aux problématiques des Etats-Unis. Captain America incarne la seconde génération des émigrants écossais, pauvres mais droits qui débarquèrent pour un « monde meilleur », tandis que Peter Parker alias Spiderman, élevé par sa tante et son oncle, serait le fils d’espions américains morts en service.
Leurs ennemis ou « super-vilains » incarnent le mal : pendant la Seconde Guerre mondiale le nazisme, dès la fin des années 40 les communistes, depuis les années 2000 le terrorisme international.
Evolution des comics book
Les Comics (ou funnies, c’est-à-dire dessins humoristiques) apparaissent à la fin du XIXe s, publiés alors en bandes (strips) au bas des magazines qu’ils illustrent. Ce n’est qu’après 1929 que le genre se singularise avec Tarzan et Buck Rogers, puis en 1938 avec Superman. Face au succès, National (éditeur des Comics) rachète All America en 1944 et ses autres concurrents concentrant rapidement les éditions du genre en un unique groupe D.C (Detective Comics).
Couverture datée de 1943

Des thèmes choisis dans le vécu des lecteurs
Les luttes évoluent selon les époques et les crises. La course aux armements ou les dangers d’une science sans limites ponctuent les feuilletons des années de Guerre froide. Le succès de ces publications va de pair avec la méfiance du Sénat ou des milieux politiques. Les Comics servent même aux caricaturistes du système américain. Le cinéma s’empare des histoires surtout à partir des années 70. Et D.C adapte en album ses publications dès lors abandonnant en partie le format mensuel d’une vingtaine de pages.
En lien, vous pourrez lire un article paru en 2011 n’hésitant pas à relier la fin de Peter Parker à l’arrivée de B. Obama dans les pages culture d’un quotidien gratuit.
Document ci-contre: extraits d'un "one shot" de 5 pages publié en 2009 pour l'investiture d'Obama (scénario de Zeb Wells et dessins de Todd Nauck).

mardi 26 février 2013

Wolf Biermann parcours d'un chansonnier allemand engagé

 2009, W. Biermann
 La vie et l'oeuvre de cet artiste de chansons populaires illustrent bien l'un des bouleversements à l'étude du nouveau programme de TES et TL -Thème 2 "socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne" après 1945. Allemand de l'Ouest, issu du milieu ouvrier de Hambourg, il devient un ardent défenseur du socialisme, s'installant en RDA en 1953. Considéré comme dissident dès 1963-1965, il est poussé à l'exil en RFA après 1976. Ce n'est qu'après la chute du mur (9 novembre 1989), en décembre 1989, qu'il retourne vivre à Berlin.

L'enthousiaste militant
Wolf Biermann nait à Hambourg en 1936, d'un père mécanicien au chantier naval. Résistant communiste et juif, ce dernier est déporté à Auschwitz en 1943.
Sans doute peu après 1948, Wolf Biermann s'engage dans les FDJ (Frei Deutche Jugend "Jeunesse libre allemande") participant au rassemblement du mouvement en RDA. Les FDJ sont supprimées en 1951 à l'Ouest (elles comptaient environ 30 000 membres). Elève studieux, il débute ses études au lycée de Hambourg- fait assez rare chez les enfants d'ouvriers- mais décide de quitter sa mère en 1953 (à 16 ans) pour rejoindre la RDA, convaincu par l'idéal socialiste. Il adhère au SED, suit des études supérieures tout en occupant la fonction de régisseur assistant au Berliner Ensemble. Il y rencontre Hanns Eisler (élève de Schönberg). Le compositeur détermine sa future carrière. Eisler vient de composer l'hymne de la RDA, se pose en musicien du réalisme socialiste de RDA et de Brecht. W. Biermann se tourne définitivement vers l'écriture de chansons après l'interdiction de produire en 1963 une pièce sur la construction du mur de Berlin au Théâtre des travailleurs et étudiants de Berlin-Est (ost-Berlin Arbeiter-und Studentheater qu'il venait de fonder en 1961). Le parti le raye de ses membres.
Artiste de RDA reconnu en RFA
Il se produit à l'Ouest comme chanteur engagé auprès des jeunes étudiants. Dès 1965, les vagues de censures décidées par le parti lui imposent l'interdiction de jouer en concert, de publier ses écrits "non conformes aux idéaux socialistes" (cf H. Yéche, in l'identité déchirée de W. Biermann) mais demeure très populaire en RDA (ses disques et écrits se diffusent au marché noir).
1976 exil forcé en RFA
En 1976, W. Biermann apprend à Cologne, à l'issue d'un concert donné pour les métallurgistes, sa déchéance de RDA. Il est contraint à l'exil à l'Ouest avec son épouse et sa belle-fille (la future chanteuse Nina Hagen).
Et lorsque j'ai été exilé 
D'Allemagne en Allemagne
Les choses ont changé pour moi
Si peu, hélas, et tellement
J'ai dans mon propre corps
Fait cette expérience brutale :
Passé de mon plein gré d'Ouest en Est
Contraint de retourner d'Est en Ouest
(première strophe de "Deutsches Miserere" en 1978)
Amer retour à l'Est en décembre 1989
Découvrant des milliers de pages sur ses activités quotidiennes dans les dossiers de la Stasi à l'Est, et non convaincu par le capitalisme, il se tourne vers cette vie passée en composant Berliner Liedchen, une chanson morose sur l'état d'esprit de nombreux Allemands dans les années 90.
Petit chant de Berlin   (vidéo en lien)                                       
L'Ouest est meilleur                                                           L'Est est plus mauvais
L'Ouest est plus coloré                                                      L'Est est plus gris
Et plus beau et plus top                                                    Et les chances sont minces
Et plus riche et libre                                                          Et le besoin est grand
Et malgré tout                                                                    Et malgré tout : 
Je te dis la vérité :                                                             Le rêve de la Commune
L'Ouest n'est pas non plus-ce qu'on fait de mieux      Etait seulement endormi et pourtant
                                                                                              -est loin d'être mort
Biographie en lien

mardi 19 février 2013

Socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne depuis 1875

Dans le thème 3 d'histoire du programme des TES et TL, "Idéologies, opinions et croyances en Europe et aux Etats-Unis de la fin du XIXe siècle à nos jours", "socialisme, communisme et syndicalisme en Allemagne depuis 1875" pose la question de la centralité du travail et des partis ouvriers dans la démocratie sociale allemande depuis le 1875. A la fois complexe et riche, ce chapitre a fait l'objet d'une émission de la Fabrique de l'histoire du mardi 6 novembre 2012 à podcaster sur le site de France Culture.
Les invités en étaient Sandrine KOTT (professeure d'histoire contemporaine de l'Europe à l'université de Genève, spécialiste de l'histoire du travail et des politiques sociales en Allemagne) et Michel Christian (docteur en histoire contemporaine, spécialiste de l'histoire sociale des partis communistes en RDA et Tchécoslovaquie).
En rappel, vous pouvez accéder au résumé en podcast de ce cours sur le site de votre manuel d'histoire.
Pour approfondir votre cours, vous pourrez consulter les sites suivants :
Sur le Spartakistes, une fiche et une courte vidéo.
Non à Hitler (site de l'exposition : la Résistance du mouvement ouvrier et des syndicats allemands entre 1933 et 1945), le catalogue à télécharger en version pdf.
N'oubliez pas l'accès via l'ENT à l'Encyclopedie Universalis

mardi 5 février 2013

London Shard, mettre en scène le pouvoir dans une ville globale

La tour la plus élevée d'Europe mesure 310 mètres et participe au skyline, vitrine du quartier sud de la Tamise, face à la City (premier CBD, le second est Canary Wharf).
Les villes de rang mondial poursuivent une course à la verticalité alors même que le terrorisme avait frappé le 11 septembre 2001 le symbole même de la puissance financière à New-York. Le Shard est la première tour mixte de Londres, ville dans la ville en abritant à al fois un hôtel, des bureaux, des commerces et des logements. Le projet parisien de Jean Nouvel dans le quartier proche de la ZAC Paris Rive Gauche véhicule en partie de semblables débats d'opinion dans les médias.
capture écran brochure de marketing urbain en lien
 Cette photographie, choisie pour illustrer la brochure de marketing urbain (contribuant à attirer les entreprises) de la tour Shard, contribue à mieux saisir les débats :
- mettre en scène le pouvoir financier et économique des entreprises proches du quartier d'affaire de la City
-densifier le quartier avec une tour bâtie directement sur la  London Station pour limiter les déplacements automobiles en centre urbains (Londres a déjà aménagé un péage en 2005) et contribuer aux déplacements en transports en commun 
-favoriser la mixité sociale pour rompre une ségrégation socio-spatiale forte des quartiers au Sud plus populaires, délaissés par les projets urbains des dernières années
-occulter des monuments de la ville alimentant les conversations comme "épine dans le coeur de Londres".
Son inauguration en février 2013 a suscité l'admiration de ceux qui en espèrent à la fois des retombées touristiques (même si le billet pour se rendre au sommet panoramique coûte 130 euros au visiteur adulte n'ayant pas réservé sur le site dédié) et y lisent une nouvelle page d'histoire de l'urbanisme à Londres. La capitale, depuis les années 70, ne cesse de réaménager son espace, passant d'une ville marquée par l'industrialisation et ses fonctions de commerce à une capitale innovantes (avec des réalisations se posant en modèles comme le furent le Grand Londres ou  le quartier BEDZED, l'aéroport de la City plus en aval de la Tamise, le quartier olympique dernièrement). Cette politique rompt avec la patrimonialisation du centre des villes européennes.
Un article pour approfondir le sujet en lien.