vendredi 9 décembre 2011

Raymond Aubrac


Dans l'attente de la visite de Raymond Aubrac au mois de janvier, je vous propose de découvrir cette figure majeure de la Résistance à travers quelques sites.
Raymond Samuel est né en juillet 1914 à Vesoul en Haute-Saône, le choix patronymique d'Aubrac n'intervient qu'après la Libération.
Peu après avoir brillamment réussi ses études d'ingénieur civil (1937), il sert l'armée française lors de son entrée en guerre comme officier sur la Ligne Maginot. Sa rencontre avec Lucie date de cette période, de la "Drôle de guerre". Les deux jeunes gens se marient en décembre 1939. Lorsque la France est envahie en mai 1940, Raymond, fait prisonnier en juin 1940, parvient à s'échapper, aidé par Lucie, tous deux gagnent Lyon, en zone libre, pour s'y installer.
Son entrée en Résistance débute. Tout en étant employé dans une entreprise de Travaux publics, Raymond co-fonde le mouvement Libération Sud, organise un secteur paramilitaire. Les opérations se multiplient, il devient fondamental dans la région. En novembre 1942, après le débarquement en Afrique du Nord, le sud de la France perd son statut particulier de territoire "libre". Arrêté par la police de Vichy le 15 mars 1943, Raymond et ses compagnons sont libérés grâce à l'habileté de Lucie qui fait pression avec le reste du réseau.
Le 20 juin 1943, Raymond Aubrac rencontre Jean Moulin qui lui propose de devenir inspecteur de l'Armée secrète pour la zone Nord. Le lendemain, le 21 juin, tous deux sont arrêtés. Klaus Barbie, chef de la Gestapo à Lyon, les interroge sous la torture. Seul Raymond en sortira vivant, une fois de plus aidé par sa femme. Les semaines suivantes sont celles de l'errance, se cachant pour échapper aux recherches, attendant qu'un avion puisse les conduire à Londres (en février 1944).
Envoyé à Alger pour préparer le débarquement, le général de Gaulle lui confie la fonction de "commissaire général de la République pour la Provence". Suivant les opérations alliées en Provence le 15 août, Raymond Aubrac se charge dès le 18 non seulement de réorganiser l'administration des territoires repris mais rendre à Marseille sa fonction de port français. Son action auprès des travailleurs indochinois (venus en renfort des ouvriers) lui vaudra non seulement les remerciements mais surtout l'amitié d'Ho-Chi-Minh dès 1946.
Raymond Aubrac poursuit le combat après la guerre : sa vie est celle d'un homme engagé dans la lutte pour la liberté auprès des plus grandes instances telles que l'ONU (la FAO)...
La photo utilisée provient du site du musée Jean Moulin de la ville de Paris
© Collection Aubrac, Mémorial Leclerc / Musée Jean Moulin Ville de Paris

samedi 26 novembre 2011

Plan vert à Mexico

Avec plus de 20 millions d'habitants, une pollution légendaire (1,5 % des gaz à effet de serre de la planète) et de sérieux handicaps liés à un site peu propice à un développement durable, la ville de Mexico s'est couragesement lancée dans un programme active: le plan vert.
Quels sont les objectifs visés ?
Marcelo Ebrard, maire de Mexico a fixé trois objectifs à ses administrés : développement durable, viabilité écologique, qualité de vie.
Depuis 2010, la ville a équipé, comme à Paris, des bornes de vélo en libre service Ecobici (en lien et photo ci-contre) dans le quartier du Distrito Federal (plan des stations). La ville occupe une superficie toujours plus large et le vélo ne semble pas une réponse efficace à plus de 2000 m d'altitude. Le projet est étendu au secteur du coeur décisionnel de la capitale à proximité des parcs.
Un autre projet se propose de végétaliser des murs d'habitation du quartier de La Valenciana et d'y installer de même des panneaux solaires. Ce quartier abrite près de 2 millions d'habitants (soit autant que Paris intra muros).
Comme toutes les villes, Mexico doit gérer ses déchets. Elle a choisi d'imposer des amendes pouvant s'élever jusqu'à 360 € à ceux qui ne pratiqueraient pas le tri sélectif.
Aller plus loin: les vélos ne sont disponibles que sur abonnement avec une durée limitée à 45 minutes, ce qui ne permet pas le déplacement hors du périmètre. Les quartiers souffrant des manques de transports publics ne sont pas concernés par ce projet.
Le quartier de La Valenciana ne contribue pas pour une part majeure de la consommation en électricité de la ville.
Les décharges de la ville et les moyens employés pour le ramassage des déchets ne compte pas les zones escarpées des périphéries dans lesquelles les populations les plus nombreuses et les plus pauvres se concentrent.
Ainsi, le plan vert offre une première approche du problème en sollicitant les élites locales à une réflexion. Pour le moment ces premiers objectifs, même insignifiants à la dimension d'une telle mégapole, sont incitatifs et courageux.


SAMUDARIPEN, génocide des Tsiganes


Le génocide des Tsiganes est sans doute moins connu du grand public. Afin de l'aborder, je vous prpose la visite de sites sur Internet.
Pour débuter, l'article du Monde diplomatique, en lien, pose la problématique de ce génocide : 250 000 ou 500 000 sur les 750 000 Tsiganes d'Europe ont disparu dans les camps, pourquoi cette partie de leur histoire nous est-elle moins bien connue ?
Puis, pour écouter ou lire des témoiganges expliquant ce qu'ils ont vécu et supporté, je vous propose les liens suivants en vous rappeleant que ce sont des mémoires, indispensables et à aborder en multipliant les approches. Le témoigange ne prend du sens qu'encadré des connaissances des spécialistes de la question. Vous pouvez débuter par une pésentation de ce que les Tsiganes ont vécu en France à compléter par l'exposition sur la question Tsiganes dans le camps de Saliers entre 1942 et 1944. Les témoignages sont peu nombreux, mais le site suivant vous propose d'en écouter quelques uns. Une récente diffusion sur France 5 d'un documentaire est également disponible sur le dernier lien que je vous propose.
illustration extraite du site http://www.european-cultural-news.com/samudaripen-–-der-vergessene-genozid/2251/

dimanche 16 octobre 2011

"Rio+20" ou "Rio 2012"


Du 4 au 6 juin 2012 se tiendra à Rio une Conférence afin de relancer tous les participants mondiaux à sensibiliser les acteurs politiques, économiques et même les sociétés à l'environnement. Vingt ans après le sommet de la Terre à Rio en 1992, les participants chercheront à la fois à poser des bilans, proposer des transformations et répondre aux nouveaux besoins. A l'heure actuelle, les pays souhaitent élargir la participation sous toutes ses formes. Voici sur la toile, quelques initiatives:
L'ONU propose sur son site en anglais, une approche des divers débats proposés.
Le gouvernement français héberge un site sur lequel les internautes pourront y lire les propositions, questions et auront la possibilité de laisser leurs interrogations ou projets.
Des pages facebook "Rio+20" en font echo dans les réseaux sociaux.
Les ONG, telles Greenpeace se préparent également en affichant leurs attentes sur les sites dédiés.

samedi 15 octobre 2011

Le Rugby dans la mondialisation


Planisphère en projection polaire extrait du site: http://www.le-cartographe.net/index.php/es/blog

Peu de pays ont développé ce jeu contrairement au football. Le rugby serait-il un sport que se réservent les pays occidentaux ? Que révèle son histoire et sa géographie ?
Lors de la coupe du monde de 2007, ce sont près de un million de spectateurs qui se sont rendus dans les stades pour soutenir les équipes de vingt pays des cinq continents, mais plus de quatre milliards de téléspectateurs ont suivi l'événement derrière leur petit écran ! Son succès médiatique interroge donc sur la géographie de ses équipes et révèle également que ce sport touche culturellement plus de la moitié de l'humanité (en possession des moyens nécessaires).
Clint Eastwood, en 2009, remporte un vif succès en choisissant de présenter dans son film Invictus le combat de Nelson Mandela développant toute son énergie à organiser l'unité des différentes communautés d'Afrique du Sud autour de l'organisation de la coupe du monde de 1995. Ici, la position du cinéaste est clairement établi: le rugby devient l'élément unificateur, non seulement d'un Etat fragile par la fin récente de l'apartheid, mais également un outil de diffusion d'un idéal partagé à l'échelle planétaire. Pour approfondir ce sujet, lire l'article de Philippe Hugon. Sport identitaire ou sport universel ?
Son histoire s'encre au Royaume-Uni au XIX ème s, dans les collèges et universités. Sport d'équipe et d'élite, ses règles sont fixées en 1871 (avant les autres). Il véhicule l'esprit de réussite impérial incarnée par sa reine, Victoria et se diffuse jusque dans les colonies. Le recrutement des joueurs plus "démocratique"s'inscrit dans une autre logique: celle des villes industrielles du XIX° s au Pays-de-Galles comme en Ecosse. Le cas Irlandais demeure révélateur de cette identité impériale puisque le rugby ne réunit que les loyalistes britanniques. En Australie, il se diffuse par l'élite scolaire; en Nouvelle Zélande, il contribue à réunir Maoris et coloniaux dans des matchs combatifs (générant des affinités et détournant les rejets inter-culturels). Ainsi, le rugby se diffuse selon des facteurs politiques plus ou moins cachés et particuliers aux régions. L'organisation du rugby et ses codifications sont ainsi restées contrôlées par le système éducatif et culturel britanniques.
En 1995, la fédération prend la décision de transgresser les règles séculaires en professionnalisant le rugby, qui demeurait encore l'apanage "d'amateurs". Le sport se vend bien et le rugby n'échappe pas à la logique marchande. Aujourd'hui, en 2011, beaucoup se tournent ainsi vers la Nouvelle-Zélande pour suivre les matchs jusqu'à la finale du 23 octobre. Le site officiel est une vitrine de la nouvelle vie de ce sport.
J'ai réuni des informations de plusieurs articles dont: Le rugby, une mondialisation inachevée.

mercredi 12 octobre 2011

Resister en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale



La chaîne Arte propose en octobre (dès le 12 octobre) une série de 6 émissions sur la Résistance, dans 17 pays d'Europe, mettant en contexte des témoignages.
Le site en plateforme interactive "Les compagnons de l'ombre" est conçu pour à la fois visionner les témoignages de manière continue et découvrir des points communs et complémentaires entre les formes de résistance et de Résistants.

Depuis le 26 septembre et pour trois mois encore, les grilles de la Gare de l'Est se prêtent à une exposition de photos toujours en liaison avec cette série. Chaque panneau présente le combattant d'hier, son action, son pays (carte) et l'homme ou la femme d'aujourd'hui.



vendredi 30 septembre 2011

Lewis Hine un "photographe social"















Vous pouvez visiter l'exposition sur le photographe américain Lewis Hine (1874-1940) à la Fondation Cartier-Bresson en nocturne le mercredi jusque 20h30 (gratuit dès 18h30) jusqu'au 18 décembre.
L'histoire retient son nom pour les portraits d'immigrants, d'enfants au travail ou encore des ouvriers.
Pour lire quelques articles avant de vous y rendre:

Nuit blanche 2011


Cette année, les artistes contemporains de Nuit blanche (en lien sur le titre de ce billet) s'installent dans le quartier du lycée entre Batignolles et Pigalle. Le Lycée Chaptal sera investi par deux expositions: dont "ex 68" en rapport avec les angoisses de la société de la fin des Trente Glorieuses (ce que les Terminales viennent d'étudier et évoqué en Première). Film d'une dizaine de minutes sur la musique (batterie) de D. Humair.
Extrait du site officiel:

L’ARTISTE JACQUES MONORY

Né en 1924 en France Vit et travaille à Cachan

Formé à l’École des arts appliqués de Paris, Jacques Monory reçoit au début des années soixante l’influence du pop art américain. Il fait partie des peintres de sa génération qui, lassés de l’abstraction, inventent une nouvelle figuration, encore appelée « figuration narrative ». L’image cinématographique, la catastrophe et l’angoisse de mort ainsi qu’une ironie glacée et un pessimisme non dénué d’humour hantent cette oeuvre métaphysique qui se développe entre peintures, films et romans.

jeudi 15 septembre 2011

Les journées du patrimoine 2011


La troisième semaine du mois de septembre est toujours un moment citoyen fort avec les journées du patrimoine.
Je vous propose de cliquer sur le titre de ce billet afin de découvrir les ballades proposées sur Paris en fiches qui peuvent être téléchargées en pdf ou imprimées. En voici les nouveaux thèmes: "Fragments d'expos", "le Paris communard". Vous pourrez également y découvrir "Atlantes et cariatides et les grands boulevards", "Mythes et réalités", "Art et tramway", "Le Paris de Frédéric Chopin"...

mardi 13 septembre 2011

Du pétrole en Guyane


Difficile d'échapper à la nouvelle, les médias ont largement annoncé cette découverte comme cet article du quotidien national Le Monde en date du 09/09/11 .
Plus d'un an après la première marée noire due à une station pétrolière off-shore, quels enjeux se nouent autour de cette découverte ?
La Guyane est la plus vaste des régions françaises mais également l'une des plus touchées par le chômage (autour de 20 % de la population active- 31 % pour les moins de 30 ans) et la précarité. Les retombées économiques des activités littorales et capitales ne fournissent pas le décollage adapté à la population. Le taux de réussite au Bac est de 20 points inférieur au niveau national. Les deux-tiers des emplois occupés sont dans le secteur tertiaire. L'industrie extractive fournit l'essentiel du secteur secondaire. Serait-ce alors une manne pour la région ?
Le puits, à plus de 150 km de Cayenne, est exploité par la compagnie britannique Tullow Oil (27,5 %), Shell (45 %), Total (25 %) et Northpet (2,5 %). Pour en extraire l'or noir, il faut traverser 2 000 mètres d'eau puis forer à près de 4 000 mètres dans le sous-sol océanique. Les coûts sont donc élevés et l'opération ne s'avérera rentable uniquement que si la qualité du pétrole est bonne dans un contexte de pic pétrolier.
Les enjeux sont donc nombreux tant pour la population, l'économie française, l'environnement.
Iconographie/cartographie extraits de http://www1.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/france/guyane-decouverte-d-un-pactole-petrolier-10-09-2011-1424722.php

mercredi 7 septembre 2011

XXI e s: Conflits et armées (conférence)

La Médiathèque Hélène Berr, au 70 rue de Picpus dans le XIIème arrondissement, propose une conférence le jeudi 29 septembre à 19 h, au rez-de-chaussée, sur le thème "Vers une privatisation de la guerre". Le nouveau programme de Première invite à la lecture des nouvelles formes de conflits armés depuis la fin de la Guerre froide. Cette conférence s'inscrit dans ce cadre et associe une forme de réflexion plus large, proposée par un artiste non conformiste: Emeric Luhisset. Le document suivant est l'extrait du journal électronique publié par la Médiathèque.

jeudi 29 septembre 19h | rez-de-chaussée

Vers une privatisation de la guerre

Depuis la fin de la guerre froide s’est développé un nouveau type

d'entreprises privées spécialisées dans la sécurité, œuvrant

pour les États, les organisations internationales ou les ONG.

Certaines ont même opéré militairement en zones de crise.

Sont-elles de simples sociétés commerciales ?

Comment encadrer ce phénomène en plein essor ?

Cette conférence permettra de faire un bilan de ces nouvelles

approches du mercenariat par le professeur Franck Latty.

Elle sera aussi l’occasion de présenter la démarche d’un artiste

contemporain, Émeric Lhuisset, qui a créé en 2008 une société fictive,

la MIC, pour mettre en place une campagne de recrutement de mercenaires.

Intervenants :

Agrégé de droit public, Franck Latty est auteur d’ouvrages et articles

sur le droit international du sport, des investissements ou de la guerre.

Il a organisé en 2010 un colloque sur les entreprises militaires privées

(publication des actes prévue chez Pedone).

Émeric Lhuisset enseigne à l’Institut d’Étude Politiques de Paris.

Sa démarche s’articule autour de l’actualité et lui demande un véritable

travail préparatoire d’investigation journalistique et de terrain (Colombie,

Russie, Afghanistan, Irak…). Sa série de photographies Théâtre de guerre

a remporté le prix Paris Jeunes Talents 2011.

www.emericlhuisset.com

samedi 3 septembre 2011

Bac S en Première, nouvelles épreuves d'histoire-géographie

Pour les élèves de Première série S, 2011-2012 sera l'année non seulement des TPE, des épreuves anticipées de Français mais également du Bac d'Histoire-Géographie. Voici le lien du BO (Bulletin Officiel) vous conduisant vers les textes officiels qui réglementent les nouvelles épreuves. Pour vous repérer, je vous propose de découvrir le type d'épreuves selon la dominante (une seule possibilité le jour de l'examen):

4 heures d'épreuve écrite coefficient 3
Programme de Première
(à titre indicatif, la première partie devrait être évaluée et notée sur 10 et chaque exercice de la seconde partie sur 5 points)

Première possibilité: Géographie majeure
Première partie géographie: 2 compositions proposées au choix (1 seule à réaliser)
Seconde partie: analyse de deux documents en histoire et de deux documents en géographie

OU
Seconde possibilité: Histoire majeure
Première partie: composition au choix entre deux sujets d'histoire;
Seconde partie: analyse d'un document d'histoire et réalisation d'un croquis en géographie (il peut être demandé au lieu d'un croquis, un schéma).


mercredi 24 août 2011

Histoire de Paris dans la République de 1880 à nos jours


L'exposition, organisée par le Comité d'Histoire de la Ville de Paris se déroule en 4 grandes parties selon une logique chronologique : Paris révolté (1880-1914), Paris divisé (1918-1944), Paris libéré (1945-1977) et Paris incarné (1977-2008). Plus d'un siècle d'histoire, retracé au moyen de textes, photographies et vidéos.

Du lundi 29 août au jeudi 29 septembre Galerie Athéna, Galerie Bièvre et Antichambre

Entrée libre

vendredi 17 juin 2011

Sujets du Bac Histoire et Géographie 2011

Filière S :

Epreuve Majeure
Composition 1 : Économie, société et culture en France depuis la fin des années 1950.
Composition 2 : La colonisation européenne et le système colonial, du milieu du XIXe siècle au milieu du XXe siècle
Étude de documents : Comment se termine la guerre froide ?

Epreuve Mineure
Croquis 1 : La mégalopole japonaise: organisation de l’espace
Croquis 2 : La façade atlantique des États-Unis : organisation de l’espace

Filière ES et L :

Epreuve Majeure
Composition 1 : Economie, société et culture en France depuis la fin des années 1950.
Composition 2 : La construction européenne de 1945 à nos jours (étapes, enjeux, limites)
Étude de documents : Comment se termine la guerre froide?

Epreuve Mineure
Croquis 1: Les contrastes spatiaux du développement du Brésil
Croquis 2: L’Asie orientale, aire de puissance: organisation de l’espace

mercredi 15 juin 2011

Paris au temps des impressionnistes


La mairie de Paris et le musée d'Orsay vous offrent de visiter Paris au temps des impressionnistes, visite gratuite pour tous, jusqu'au 30 juillet. Cette exposition très remarquée devrait fournir à tous ceux qui n'ont pas d'idées précises de visites culturelles, un choix privilégié.

Concours National de la Résistance et de la déportation 2011-2012

Le concours national de la Résistance et de la déportation (CNRD) a été créé officiellement en 1961 par Lucien Paye, ministre de l'Éducation nationale, à la suite d'initiatives d'associations et particulièrement de la Confédération nationale des combattants volontaires de la Résistance (CNCVR). Ce concours a pour objectif de perpétuer chez les jeunes Français la mémoire de la Résistance et de la déportation afin de leur permettre de s'en inspirer et d'en tirer des leçons civiques dans leur vie d'aujourd'hui.
Pour l'année 2012, le jury national a arrêté le thème suivant :

« Résister dans les camps nazis ».

On présentera les différentes formes qu'a pu prendre cette résistance et les valeurs qu'en transmettent les déportés par leurs témoignages.

Le règlement du concours et ses modalités sont en ligne ici (BO n°23 du 9 juin 2011)

Quelques liens afin de réfléchir ou de prendre des idées sur le sujet et la mise en forme:
le site FMD (Fondation pour la Mémoire de la Déportation)
à Auschwitz (au milieu de l'article)
La résistance dans les camps (ensemble de documents textes et vidéos rassemblés par le cndp)
Page réalisée dans l'académie de Rouen sur la Résistance dans les camps.


lundi 23 mai 2011

La République sauve des écrits de Robespierre

Portrait de Robespierre, Musée Carnavalet.
"Si Louis XVI est innocent, nous sommes tous rebelles; si il est coupable, il doit mourir." Voici résumé en une phrase l'opinion des Montagnards dont Robespierre se fait l'avocat ou encore ceux qui considèrent que la République doit vivre.
Les 15, 16 et 17 janvier 1793, les représentants de la nation, trois cent soixante et un députés votent pour la mort du roi.
Le procès verbal des deux dernières journées est numérisé et consultable en cliquant ici. Robespierre demeure pendant toute la période de la III ème et de la IV ème République le sanguinaire bourreau de la Terreur. L'histoire scolaire n'a pas souvent retenu avant la V ème République les écrits politiques. Ceux-ci reviennent sur le devant de la scène avec ces beaux jours de mai lors de la vente proposée par Sotheby's le 18 de ce mois. Voici quelques extraits d'un blog relatant l'évènement:
Le commissaire-priseur donna le léger coup de marteau traditionnel, adjugeant les documents au montant atteint par les enchères. Aussitôt, M. Hervé Lemoine, directeur du service interministériel des Archives de France, déclara d’une voix dont on percevait la fierté, qu’il mettait ces enchèressous réserve de l’exercice du droit de préemption de l’Etat, au bénéfice des Archives de France. La salle résonna de très vifs applaudissements, traduisant une immense émotion.
L'évènement a mobilisé à la fois politiques, historiens, particuliers conduisant à un vaste mouvement relaté sur les blogs comme celui de Pierre Assouline. L'article suivant du quotidien Le Monde relève que ces brouillons offrent l'occasion de lire les hésitations de l'Incorruptible sur deux de ces discours: celui sur la guerre en janvier 1792 et celui du 8 Thermidor (dernier discours à la Convention).


Les totalitarismes et la culture


En 2010, la Cité de la Musique a proposé une exposition sur les relations entre le totalitarisme et la musique en URSS. Pour ceux qui souhaitent découvrir le sujet, faute de n'avoir pu visiter l'exposition: site officiel.
Je vous propose également de visiter le site réalisé sur le travail de Vladimir Ablamski, un photographe et le Goulag.
Sur la propagande nazie, vous pourrez lire cet article en ligne.

Découvrir ou réviser les objectifs de l'ONU

Le site de l'ONU pour vérifier ses connaissances le fonctionnement des différents organismes internationaux (CNUCED, OMS, ...). Vous pourrez les retrouver dans l'organigramme suivant.
Dans sa course vers 2015 pour les Objectifs du Millénaire pour le Développement, l'ONU propose la diffusion d'une bande dessinée adressée aux jeunes de 8 à 14 ans.
Les Terminales qui se préparent aux épreuves y retrouveront à la fin de l'album les grands objectifs avec les moyens de les mémoriser ainsi qu'une qiz.
Le dossier complet des OMD est sur le site de l'ONU avec des exemples de missions, un quiz.


BD réalisée pour les jeunes afin de les sensibiliser aux OMD en 2010.

vendredi 13 mai 2011

Le Paris de la Révolution... aujourd'hui




Cliquez sur ce lien et vous pourrez repérer les "lieux historiques" de la capitale de l'époque révolutionnaire sur un plan actuel accompagné d'images récentes.

Théodore de Bry, un graveur engagé


Théodore de Bry (Liège en 1528, Francfort le 27 mars 1598) est un humaniste, graveur et éditeur. Il doit sa célébrité à ses descriptions imagées des premières expéditions européennes aux Amériques publiées à Francfort dans la collection dite des Grands Voyages. Protestant, il quitte Strasbourg avant d'être accusé d'hérésie et banni. Il séjourne à Londres entre 1587 et 1588 puis s'installe définitivement à Francfort y devenant bourgeois.

La fin du XVI ème siècle est caractérisée par des différends religieux d’une rare violence opposant les catholiques aux protestants (nombreux dans la noblesse du centre de l'Europe). En plus des conflits militaires, une guerre par l’image se déroule entre les deux camps. Richard Verstegan et Théodore de Bry en sont les principaux protagonistes. En effet, Verstegan dénonce dans l’un de ses ouvrages paru à Anvers en 1587 les multiples horreurs qu’auraient commises les protestants de trois nations: ceux d’Angleterre, des Pays-Bas et de France. En réponse à cette attaque, Théodore de Bry s’érige en défenseur du monde protestant publiant dès 1590 le premier volume des Grands Voyages. Il déplace les guerres de religion européenne sur la scène exotique du Nouveau Monde américain, représentant les Indiens d’Amérique soumis par les Espagnols, catholiques.

Cette gravure de Théodore de Bry, datée de 1594 (plus d'un siècle après la découverte de Christophe Colomb) décrit la violence de l’arrivée des occidentaux en Amérique, armés, protégés par des armures face aux Indiens représentés nus ou presque et totalement désarmés. On remarque également la présence d’une flotte derrière C. Colomb faisant fuir des Indiens à l’arrière plan. Théodore de Bry dénonce l’arrivée brutale des Occidentaux qui font ici une démonstration de force alors qu'ils sont reçus avec de nombreux cadeaux d'or. Ces envahisseurs sont représentés avec une absence totale de modestie et même une certaine sévérité et arrogance qu’oppose l'humanité incarnée par les Indiens. Théodore de Bry dénonce également la conversion de force au catholicisme comme le suggère la croix plantée par les Européens comme pour montrer la nouvelle appartenance de ces terres à l’Eglise catholique.

S.K, J-L.L, S.M (élèves de Seconde 8)

lundi 9 mai 2011

samedi 7 mai 2011

Michel de Montaigne et le Nouveau Monde


Michel de Montaigne (1533-1592) est un humaniste, auteur des Essais et philosophe français marqué par les courants à la fois religieux et culturels de son temps. Sa sensibilité le conduit à réagir avec émotion et réflexion. Il s'exprime à la première personne, "je", non pour se poser en modèle mais pour partager ses pensées.
Témoin des guerres de religion, de l'exploitation des colonies américaines, ses Essais sont une somme de réactions à ce monde en évolution, donnant à entrer dans la pensée de ce lettré.
La carte heuristique présentée illustre l'évolution de sa perception de la colonisation entre "Des cannibales" publiés en 1580 et "Des coches" en 1588. Le premier évoque la découverte de l'Autre, celle d'un monde neuf où l'Européen peut redécouvrir l'origine de la vie (le mythe du "bon sauvage" repris par Rousseau plus tard). Mais, déjà, Montaigne s'indigne de nos faiblesses à ne plus pouvoir comprendre l'Autre, dans ses différences (le tout jeune roi Charles IX, âgé de 12 ans, reçoit des hommages dignes de son rang devant des nobles âgés qui s'abaissent à son passage, ce qui demeure une énigme aux yeux des indiens !).
Dans "les coches", Montaigne s'indigne, grogne et nous secoue comme si nous étions en voiture, dans un coche (voiture attelée et peu confortable). Sans remettre en question la supériorité du continent européen, l'humaniste s'indigne donc des procédés de colonisation, de la violence avec laquelle nous imposons notre culture. Le pédagogue reprend alors le pas.

Visiter la Chapelle Sixtine



Voici un site remarquable pour découvrir ou redécouvrir la Chapelle Sixtine, monument incontournable de l'art religieux occidental. Vous pourrez approfondir vos connaissances grâce au guide mis en ligne par les musées du Vatican.
Bonne visite !

mercredi 4 mai 2011

Sujet Histoire-Géographie du Bac à Pondichéry 2011

Comme chaque année, les lycéens de Pondichéry ont composé avant les Terminales des autres centres. Voici deux liens pour accéder aux sujets: Histoire-Géographie en TL et TES, autre lien pour le sujet de TS.
Pour les autres disciplines, vous pouvez utiliser ce lien.
Ces sujets sont classiques, correspondant à des chapitres majeurs des programmes L/ES/S et ne posent pas de problèmes particuliers. Afin de vous préparer à la lecture des feuilles distribuées pour le jour de l'examen et apprendre à choisir rapidement, vous pouvez vous entrainer sur ces exemples. Sachez également, qu'aucun pronostic valable pour l'examen de juin ne peut être réalisé à partir des sujets choisis à Pondichéry.
A tous, bon courage pour les dernières semaines de travail.

samedi 16 avril 2011

La Controverse de Valladolid (exposé en classe de Seconde)

Le nouveau programme de Seconde invite les élèves à aborder la question "Nouveaux horizons géographiques et culturelles de l'Europe moderne" en soulignant que les "modernités se forgent au contact d'autres humanités et d'autres savoirs au prix de risques, d'échanges mais aussi d'agression."
Un groupe d'élève de Seconde a choisi, pour illustrer son travail d'étude sur la Controverse de Valladolid, un montage d'images et de musiques choisies, sur un discours rédigé expliquant les démarches et réflexions des contemporains. Ainsi, cette vidéo réalisée par les lycéens, permet d'évoquer la rencontre de l'Autre, vécue par les Européens, comme un choc culturel poussant alors les détenteurs du savoir et de la connaissance à se poser de nouvelles questions. La mondialisation naissante engendre des bouleversements économiques certes mais remet en cause des fondements de la culture judéo-chrétienne européenne.
Merveilleuses découvertes mais épineuses remises en cause !
Quelques erreurs d'orthographes demeurent hélas, malgré les nombreuses corrections.

video

jeudi 7 avril 2011

La Chine entre vertige économique et valeurs ancrées (semaine de la presse)

Elle a déjà dépassé le Japon accédant ainsi à la place de seconde puissance mondiale mais sa politique qualifiée parfois de dictature est la seule au monde à limiter un seul enfant par couple.

Le chemin vers l’enfant unique

Deng XiaoPing monte au pouvoir en 1978 après le mort de Mao Zedong . Il entreprend alors de vastes changements qui conduisent à modifier le paysage économique. La Chine qui comptait 975,4 millions d’habitants voit sa croissance ralentie par la politique de « l’enfant unique ». Ce schéma impose une politique malthusianiste en limitant les couples à ne concevoir qu’un seul enfant visant alors à améliorer les conditions de vie des Chinois tout en achevant la transition démographique. Très réglementée dans les grandes villes comme Shangai ou Pékin, le gouvernement a plus de mal à l’appliquer dans les régions éloignées où les ethnies minoritaires résident comme le Xinjiang car la population encore rurale (56,10% en 2006) ne subit pas la politique coercitive citadine. Ainsi le taux de fécondité est passé de 2,54 en 1980 à 1,78 de nos jours.

Une application violente

Aux grands mots les grands remèdes. Le gouvernement taxe les couples ayant un deuxième enfant déjà né à hauteur de 10 000 yuans (1400 euros ) l’équivalent de 8 mois de salaires moyens en Chine. Une somme conséquente dont ne peuvent s’acquitter certaines familles ; le nouveau né n'est alors pas reconnu et perd tous ses droits (gratuité scolaire, reconnaissance civile etc.) Mais pour les malheureuses dont on aurait découvert la grossesse pas d’exception l’avortement s’impose. Ainsi 13 millions de femmes auraient avorté en 2010 dans l’Empire du milieu selon les chiffres officiels, sûrement minimisés. L’avortement y est devenu trop courant.

Une mentalité qui encourage le système

Malgré l’influence occidentale générée par les médias et la santé économique du pays qui encourage la venue des étrangers, la Chine préserve sa mentalité : le fils est la garantie d’un bel avenir (il est obligé d’habiter avec ses parents et son épouse sous le même toit après son mariage) contrairement à la fille qui « appartiendra » désormais à sa belle-famille. De ce fait, beaucoup de femmes avortent et préfèrent retomber enceinte pour avoir un bébé de sexe masculin. Le taux mortalité infantile en est le reflet : 20,25%. La Chine entre dans le cercle des pays asiatiques où le nombre d’homme est supérieur à celui des femmes.

Certaines privilégient l’abandon toutefois devenu rare mais encore ancré dans les mœurs particulièrement dans les campagnes. D’autres marchandent leurs enfants. C’est un véritable phénomène qui alimente les trafics, réelles poumons économiques. Ces réseaux maffieux ont deux façons de se débarrasser des enfants: soit en les vendant à des couples stériles ou n’arrivant pas à avoir de fils la plupart ruraux soit en les prostituant ou les faisant mendier devenant malgré eux des enfants esclaves. L’Etat dépassé par ces trafics a crée une base de données en 2009 qui répertorie tous les enfants disparus c’est-à-dire 30 à 60 000 chaque année selon les chiffres officiels espérant ainsi endiguer cette pratique devenue courante. La Chine a encore de la marge pour être à la hauteur de sa puissance.

S. Zhu (TL4)

dimanche 3 avril 2011

Procédure APB (article rédigé lors de la semaine de la presse)







L'accès au supérieur plus facile ?

Un concept révolutionnaire à succès

Depuis sa création en 2009, le succès du site www.admission-postbac.fr n’a cessé de croître. En effet, pour la session 2011, nous avons pu noter que près de 721 000 élèves se sont préinscrits, 11% de connexions supplémentaires depuis 2009. Le site permet de faciliter la procédure autrefois fastidieuse des formulations de vœux d’affectation dans les établissements supérieurs. Les futurs étudiants peuvent alors se renseigner sur les différentes formations disponibles et savoir quels établissements les proposent.

Bien que le portail soit devenu un concept plus pratique, il faut cependant souligner que des dates précises doivent être respectées. En effet, les élèves doivent suivre quatre étapes réparties dans des fourchettes de dates définies: du 20 janvier au 20 mars 2011, les élèves doivent saisir et valider leurs vœux d’affectation ; ils ont alors jusqu’aux 1er avril 2011 pour en- voyer les dossiers papiers parfois demandés par cer- tains établissements ; jusqu’au 31 mai, ils peuvent changer l’ordre d’apparition des vœux ; s’en suivent ensuite trois phases d’admission se déroulant entre les mois de juin et juillet.


La pression des futurs étudiants

Même si le portail web est un concept novateur, la responsabilité reposant sur le dos des élèves reste identique. En effet, ces derniers subissent à la fois la préparation aux épreuves du baccalauréat mais égale- ment celle de leur avenir. Tandis que certains ont déjà des projets déterminés et précis, d’autres se retrou- vent déboussolés et en appel à l’aide des conseillères d’orientation ainsi qu’aux événements successifs pré- vus pour s’informer davantage sur les formations et débouchés. D’autre part, les établissements supérieurs proposent également des journées portes ouvertes pour pouvoir discuter et trouver des réponses à des questions précises et ainsi avoir une meilleure vision de la formation envisagée. Les élèves doivent alors trouver au plus vite vers quelle direction se diriger afin de poursuivre leurs études dans ce qui semble leur apparaître comme un véritable labyrinthe. Certains sont même déçus du portail web. Par exemple, Sophie, étudiante en psychologie raconte que nombreux de ses amis se sont retrouvés sans aucune école ni université car, ayant été mis sur liste d’attente, ils n’ont finalement pas pu être admis. La pression ne redouble-t-elle pas ? La peur de ne pas trouver la bonne voie, puis la démarche administrative infernale, avec le baccalauréat à préparer... Ainsi, les élèves ne doivent pas démissionner et se doter d’une concentration fondamentale pour obtenir toutes les chances d’être acceptés dans la formation demandée.

Chaque année, le site de l’Etudiant et ses nombreux salons permettent aux élèves d’être mieux informés sur les formations post-bac.

J.HIU (TL4)


dimanche 27 mars 2011

Japon, éléments supplémentaires sur la double catastrophe















copies d'écran des sites de l'IPGP ainsi que d'un compte rendu de l'Académie de Dijon

Le séisme a été estimé autour de 8,9 à 9 sur l'échelle de Richter et s'inscrit dans la logique du déplacement de la plaque Pacifique de 8,5 à 9 mètres par an vers l'Ouest. L'île de Honshu se situe à la jonction de 4 plaques tectoniques: la plaque Pacifique (zone de subduction, sur le document joint), la plaque Eurasiatiques à l'ouest, la micro-plaque d'Okhotsk au nord et celle des Philippines au sud. Le séisme du 11 mars a duré près de 3 minutes. Pour approfondir, vidéo de l'IPGP. On a peu de renseignements sur les destructions dues au séisme en raison des dégâts résultant du tsunami. Les vibrations sismiques disponibles sont enregistrées à la fois par les sismographes mais aussi par les GPS (le satellite mesure les vibrations au sol). Les conséquences de ce séisme sont : le déplacement de la région de Tôhoku vers l'Est d'environ 2,5 mètres, le tsunami (animation de sa propagation dans tout le Pacifique par le NOAA). Les sismologues craignent le déclenchement futur d'un séisme majeur au Sud-Ouest de Tokyo (là où la compression demeure).
Prévoir les risques en milieu littoral devient un enjeu pour notre XXIe s. En effet, plus de 50 % de l'humanité se concentre sur 1% de la superficie de la planète- soit les 200 Km terre/mer. Pays en développement comme industriels sont menacés par ces phénomènes naturels.
Aujourd'hui, 16 % de l'électricité mondiale est d'origine nucléaire soit autant que tous les barrages hydroélectriques. (Bertrand Barré, Atlas des énergies, Autrement 2007)
L'électronucléaire au Japon répond aux besoins d’énergie de son industrie pour 43 %, des transports 24 %, le secteur tertiaire 15 % et sa consommation domestique 13 %. En 2000, l'électricité nucléaire couvrait 29,5 % des besoins, elle a régressé depuis pour se fixer autour de 24 à 25 %. Le Japon est le troisième producteur mondial d'électricité nucléaire. 65,6 % de son électricité est d'origine thermique, 10 % d'origine hydroélectrique et de manière marginale pour la géothermie. (Philipppe Pelletier, « Atlas du Japon », Autrement, 2008)
Les centrales ne sont pas localisées dans le « Japon de l'endroit », espace mégapolitain, pour des soucis de sécurité et de contrainte d'espace. Cependant, il faut pour refroidir les réacteurs, de l'eau en grande quantité que seule la mer procure (absence de puissant fleuve au Japon). Ainsi à Fukushima Daiichi fonctionne avec des réacteurs à eau bouillante. La capture d'écran reprend le principe in situ.
Les réactions de la population révèlent une société nippone solidaire. Aujourd'hui, la structure de la population japonaise vieillissante (près d'un Japonais sur 3 aura plus de 60 ans en 2030) conditionne d'autres secours. De nombreux survivants âgés ne nécessitent pas les mêmes soins et conditions de relogement que le reste de la population. Certains ce sont laissés mourir après avoir échappé au 11 mars. Loin des clichés des PID, les solidarités se sont renforcées par des gestes ou le choix de réduire les repas pour redistribuer les vivres vers les régions nord. Des structures d'accueil adaptées devront être construites mais là, un autre enjeu, celui de la reconstruction, risque d'échapper à l'Etat débordé comme certains le dénoncent.

vendredi 18 mars 2011

Visiter Paris au Moyen-Âge en 3D au lycée


C'est en 2004 qu'Eric Zingraff, infographiste, passionné par l'Histoire et l'Art décide de quitter son emploi pour réaliser des films pédagogiques de synthèse sur des sujets qu'il aime.
Il crée une société de production, réalise en binôme un court métrage sur la Sainte-Chapelle de Paris. Rapidement, après 2007, la jeune production (GrezProd) est remarquée pour la qualité de son travail et les sujets abordés que ce soit par le Centre des Monuments nationaux ou des médias de grande écoute. Ainsi, il réalise des reconstitutions historiques en 3D : Leptis Magna sous l'Empire romain, Chartres au Moyen-Âge, l'abbaye de Cluny ...
Le lycée le reçoit samedi 26 mars pour rencontrer des classes de secondes. Les élèves pourront explorer Paris en 1550.
Voici quelques courts extraits et vues du travail d'Eric Zingraff. Ses recherches et ses images permettent de proposer aux historiens des reconstitutions fidèles aux plans, modélisés par un logiciel en 3D. Afin de mieux aborder toute la complexité de cette démarche, l'auteur explique son travail d'interprétation, indispensable pour un résultat final sans doute proche du bâtiment d'origine: "Reste le travail d'interpretation des éléments de référence, trouver les indices manquants, identifier la part de l'interpretation de l'artiste de l'époque en comparant avec les éléments objectifs tels que le plan de base... et puis interpreter soi-même à partir de la synthèse des éléments trouvés. "

video

lundi 14 mars 2011

Séisme et tsunami au Tôhoku (Japon) expliqués par Philippe Pelletier, géographe

La carte est une copie d'écran du Télégramme daté du 14 mars 2011

Afin de pouvoir aborder cette délicate question d'actualité, je vous propose de lire l'article du Télégramme en cliquant sur le titre du billet. Il fournit des données économiques, humaines et sociales que les médias ne fournissent guère depuis vendredi 11 mars.
Voici quelques remarques du spécialiste:
Selon lui, le nombre de victimes serait sur estimé.
La région touchée s'est essentiellement développée autour d'activités rurales et touristiques et compte près de 450 000 habitants environ installés dans les plaines littorales. Des digues anti-tsunamis ont été installées dans les années 50 le long des zones d'activité ou encore celles urbanisées afin de ralentir les vagues (ce qui s'est avéré inutile avec des vagues hautes de 10 mètres). La population a été avertie de l'arrivée du tsunami 40 minutes avant, permettant à un grand nombre de fuir dans les hauteurs. Le géographe s'avance très prudemment sur les risques liés aux explosions dans les centrales nucléaires de la région.

lundi 28 février 2011

Visite de Messieurs Dufetel et Faivre, résistants

Photographie du 10 ème détachement du Centre de Formation du personnel navigant en Amérique entre 1943-1946. Pierre-André Dufetel est le 5ème debout en partant de la gauche.

1 mars 2011, les lycéens rencontrent deux témoins et acteurs, dont la vie de lycéen a pris un autre chemin ce 11 novembre 1940.
Alors que Jacques Doriot, collaborateur, emploiera l'expression de "galopins et fils de riches" pour dénoncer ces centaines de jeunes gens engagés qui défilèrent le 11 novembre 1940, cet événement a conduit des jeunes gens à prendre conscience que lutter contre la dictature et l'intolérable était à la fois un acte individuel de résistance mais surtout collectif.
Pierre-André Dufetel est né en 1922 à Boulogne-sur-Mer dans une famille d'artiste (neveu de Jules Leleu). Le 11 novembre 1940 est le jour de des 18 ans de Pierre-André, élève au lycée Condorcet. Il trouve sur son pupitre un tract appelant à manifester à 17h00 sur les Champs et décide de rejoindre ses camarades. Il échappe de justesse aux arrestations massives. Cet épisode renforce son refus au nazisme, à l'occupation. Son père, revenu de la Première Guerre mondiale amputé d'un bras, fait parti d'un réseau de Résistants à Boulogne-sur-Mer, le réseau Kléber. Pierre-André Dufetel participe aux activités du réseau. Son père est arrêté par la Gestapo, déporté et ne rentrera jamais d'Allemagne. Lui, répondant à l'appel de De Gaulle de juin 1940, parvient à rejoindre l'Afrique libre en passant par Espagne (où arrêté il est déporté). Il s'engage et devient aviateur de l'US Air Force (T6- P20- P47 Thunderbolt)... Cet homme affirme qu'il n'est pas exceptionnel et pourtant, explorateur-cartographe aérien de l'Afrique Noire inconnue en 1946, premier à avoir traversé en solitaire le Sahara sur monoplace de chasse, Grand prix de Rome d'Architecture en 1952 et architecte en chef de nombreux ensembles urbains ...
Francis Faivre a 18 ans ce 11 novembre 1940, lycéen à Neuilly. Cartable à la main, il défile lorsque près de lui, un lycéen est passé à tabac par 3 soldats allemands. Arrêté, il est conduit de force à l'intérieur de l'hôtel Continental avec un groupe de lycéens (dont une fille) et subissent un simulacre d'exécution. Emprisonné à la prison de la Santé, il y reste quatre semaines. Voici quelques vers rédigés par notre invité:
Trente deux écroués dans cette sombre prison,
Quatre vingt douze autres, au Cherche midi,
C'était une prison. Là pour réception:
L'odieuse mise en joue d'une rangée de fusils !
(avril 2006)
En juillet 1943, il entre en résistance en Bretagne pour échapper au STO. Il libère ses camarades résistants de la prison de Saint-Brieuc.
Vous pouvez également lire l'article et voir la photographie en lien où nos visiteurs sont aux côtés du président le 11 novembre 2010 pour l'inauguration de la plaque commémorative. Les Premières S1 et quelques élèves de Seconde étaient dans les tribunes.