lundi 27 décembre 2010

Bonne année 2011 !

Pour finir 2010 et bien commencer 2011, en musique et en danse, sur le thème du bonheur, visionnez la vidéo qui suit...
Que cette année vous permette d'avancer dans vos projets,
de donner confiance et espérance à ceux qui parfois s'essoufflent ou désespèrent
et qu'à tous, elle apporte sérénité, paix et douceur, que nos efforts se conjuguent pour bâtir ensemble un monde plus ouvert, plus respectueux de la vie en général.
video

mercredi 15 décembre 2010

Nourrir les hommes sur le web

Pour les Secondes qui souhaitent reprendre les notions étudiées en cours, voici deux sites:
- une exposition virtuelle du producteur au consommateur avec des exemples concrets,

dimanche 12 décembre 2010

une autre visite dans l'oeuvre de Monet


Vous n'avez pas pu vous rendre à l'exposition Monet, voici une invitation réservée et personnelle entre musique et peinture.
Une autre approche des oeuvres du maître...

L'oiseau de feu



Serge de Diaghilev demande à Igor Stravinski de composer, pour les ballets russes, un conte dansé. Il est donné à l'Opéra de Paris pour la première fois le 25 juin 1910. L'argument s'inspire d'un conte populaire russe où le fils du tsar (Ivan Tsarévitch) entre dans la forêt ensorcelée de l'immortel Kachtcheï en suivant un oiseau de feu qu'il capture. Il ne le relâche qu'après avoir obtenu de lui la promesse de son aide et une plume dotée de pouvoirs magiques. Peu après, le prince rencontre treize princesses. Il tombe amoureux de l'une d'elle, mais capturé par le l'immortel, il est condamné à être transformé en pierre. L'oiseau de feu le sauve et les fiançailles sont célébrées.
Elle inaugure le ballet moderne: les danseurs expriment avec simplicité des gestes ou postures du quotidien. La musique donne la part belle aux vents et aux percussions. Le jeune compositeur emprunte ses mélodies au répertoire populaire russe.
Un peu d'histoire des arts:
L'Opéra est installé au palais Garnier depuis 1875. Le ballet est omniprésent soit en première partie d'un opéra ou encore dans un opéra. Cependant, depuis l'incendie de 1873 qui a détruit costumes et décors, les représentations traditionnellement données semblent compromises. L'image des ballets à cette époque s'approche de celle des tableaux de Degas, à savoir, un univers féminin. Le début du XX ème siècle révolutionne la danse. Les ballets russes triomphent à Paris au Théâtre du Châtelet dès 1909. Les spectacles associent à la fois modernité et classicisme. Deux figures masculines se distinguent: Adolf Bölm et Nijinski.
Vous pourrez écouter et voir dans sa composition de 1910 l'oiseau de feu en cliquant sur le titre du billet.

Paris du 15 avril au 12 novembre 1900, "Le bilan d'un siècle"


Au Champs-de-Mars, aux quais de Seine, à l'esplanade des Invalides ou au bois de Vincennes, Paris expose son présent et son avenir.
La ville lumière s'impose comme la capitale de la science, du progrès et la vitrine de la culture européenne dans une gigantesque exposition universelle. La "fée électricité" y est à l'honneur, de nombreuses innovations techniques marquantes de ce nouveau siècle y sont assemblées (le trottoir roulant baptisé "Rue de l'avenir" ou encore le Cinéorama des frères Lumière, et attirent une foule bigarrée de curieux, de scientifiques, d'étrangers ... soit plus de 50,8 millions d'entrées !
Le métropolitain (carte en lien), inauguré symboliquement le 19 juillet 1900, offre un accès rapide et aisé aux divers sites.
Les premiers Jeux Olympiques hors de Grèce y sont également organisés par Pierre de Coubertin mais le rayonnement attendu pour cette manifestation sportive est éclipsé par l'exposition. Notez la présence des femmes au tennis (dont l'une médaillée), au golf et celle du premier sportif de couleur (rugbyman).
La courte vidéo suivante en retrace les événements majeurs.

video

Detroit's Beautiful, Horrible Decline


Detroit's Beautiful, Horrible Decline

Lee Plaza Hotel, fermé dans les années 1990, il était l'un des plus luxueux hôtel de la ville
Voici quelques unes des photos prises par deux Français en visite dans la ville de Detroit (Michigan) et publiées dans le Time. Elles permettent de découvrir une autre Amérique, marquée par la rouille ou l'abandon après les faillites. C'est donc à la "Rust Belt" plus qu'à la "Manufacturing Belt" que ces images se rattachent.

lundi 6 décembre 2010

Des éoliennes pour produire de l'eau

Comment fonctionnent ces éoliennes qui produisent de l'eau ?
Sont-elles l'avenir de certains pays vivant dans le stress hydrique chronique voire permanent ?
Pour vous documenter, voici un article.
Le slogan employé par la société qui développe ce système annonce le produit et ses effets: "Vous nous donnez le vent, on vous donne de l'eau". Marc Parent est l'heureux papa de cette éolienne baptisée Eole Water. Cela fait déjà plus de 8 ans que le premier prototype fonctionne dans la plus grande discrétion et produit en moyenne 150 à 200 litres par jour. Le coût de production varie entre 10 000 et 50 000 euros selon le modèle installé. Pour vous en convaincre une vidéo de l'inventeur. Les peuples du désert savent récolter la rosée en tendant des filets depuis la nuit des temps, les scientifiques cherchent à ce jour, à développer le principe de captation de cette eau dans l'atmosphère, à une plus grande échelle. Voici encore une courte synthèse du CNRS à lire.

Roger et moi, dénoncer le capitalisme aux Etats-Unis selon M. Moore



Roger and me (film à voir par le lien), l'un des premiers long métrage de Michael Moore, nous donne à découvrir comment, dans sa ville natale de Flint (Michigan), les usines GM (traduisez General Motors) où son père est employé, ferment subitement, jetant des centaines d'Américains issus de milieux modestes dans la crise. Tourné en 1989 sur ses deniers personnels, le film est construit à la manière d'un documentaire pour dénoncer les restructurations décidées par le président de GM, Roger Smith. 30 000 salariés sont licenciés sur une population de 150 000 habitants. Le film bat des records inattendus et propulse sur le devant de la scène publique son auteur, âgé alors de 35 ans. Sa carrière s'internationalise rapidement, ses combats (précocement entamés au lycée) considérés comme d'extrême-gauche aux Etats-Unis trouvent là un moyen de diffusion unique. Dans le cadre du programme de Terminale, nous avons abordé les limites de l'hyperpuissance. Un bref résumé de ce film illustrera aisément un exemple de dénonciation interne du système capitaliste américain.

Nostalgie de la lumière, un film philosophique sur la mémoire



Des classes de Terminale du lycée se rendent cette semaine au cinéma pour voir ou revoir le magnifique film chilien daté de 2009 et sorti cette année en France, la Nostalgie de la lumière (Nostalgia de la luz). Bande annonce et autres vidéos liées.
Le film de Patricio Guzman se déroule à près de 3 000 mètres d'altitude, sur le haut plateau chilien d'Atacama. C'est une oeuvre de réflexion sur notre passage terrestre en un lieu où des archéologues mettent au jour des momies précolombiennes, où des femmes recherchent leurs disparus au temps de la dictature de Pinochet et où des astronomes pointent leurs télescopes vers l'univers.
L'auteur, victime de Pinochet en 1973, s'est rapidement attaché à réaliser un travail d'écriture pour faire jaillir la mémoire et les mémoires dans un espace temps infini. Ainsi, le calcium des étoiles est semblable à celui de nos squelettes, rappelle le film. Le ciel et la terre s'unissent dans ce désert d'altitude pour raconter qui nous sommes, d'où nous venons et où nous retournons.